François Mathieu

Délamination

2009

Photographie digitale

Partager cette œuvre :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Emplacement

253, rue Lindsay, Drummondville (L'œuvre est visible de la rue Marchand)

Description de l’œuvre

L’œuvre Délamination était d’abord destinée à être un décor de théâtre. La pièce n’ayant jamais été présentée finalement, son créateur la laisse dormir plusieurs années. Un jour, François Mathieu décide de détourner la fonction de ce dispositif scénique pour en faire un nouvel objet, sorte de sculpture temporaire qu’il cadre avec son objectif.

Un terrain vague. Une machine arrêtée dans son mouvement au milieu de nulle part. Quelle est son utilité? Des outils dans des postures improbables. Un chantier de construction abandonné. D’office, l’image intrigue et semble vouloir nous dévoiler quelque chose sous ce tapis de faux gazon.

En tentant de créer un espace alternatif, un lieu où cette machine peut continuer de s’exprimer, comme au théâtre, l’artiste joue avec les codes de lecture de l’espace, de l’objet et de la photographie. La sculpture devient une présence insolite dans le paysage et nous fait dire : « Mais qu’est-ce que ça fait là? ».

Balado

François Mathieu

Biographie

François Mathieu grandit en Beauce, près de Québec. C’est lorsqu’il voit pour la toute première fois une exposition, alors âgé d’une vingtaine d’années, qu’il comprend qu’il appartient à ce monde et qu’il souhaite devenir un artiste. Appréciant la vie en milieu rural, il habite et travaille aujourd’hui à Saint-Sylvestre de Lotbinière.

Il détient un baccalauréat en arts plastiques et un autre en philosophie de l’Université Laval ainsi qu’une maîtrise en études québécoises de l’Université du Québec à Trois-Rivières. En plus de sa pratique artistique, il a œuvré comme formateur en art public pour les programmes de formation continue du Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches et du Conseil de la culture des Laurentides. Il a également agi à titre de technicien au service de nombreux artistes dans la ville de Québec.

François Mathieu signe plusieurs réalisations d’art public un peu partout au Québec. Très actif depuis le début des années 1990, il réalise de nombreuses expositions solos et collectives tant au Canada et au Québec qu’en Belgique ou au Mexique. Ses œuvres ont notamment été présentées dans le cadre d’événements et d’expositions à L’Œil de Poisson, au Musée régional de Rimouski, à la Richmond Art Gallery de Vancouver, au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul ou encore dans le cadre de la Manif d’art de Québec au Musée national des beaux-arts du Québec, pour ne nommer que quelques exemples.

Démarche artistique

Des constructions énigmatiques

À la fois sculpteur et photographe, François Mathieu se fait l’inventeur de diverses machines et de chantiers de l’impossible, dont la fonction même défie les questions de bien-fondé. Dans sa démarche, l’artiste s’intéresse particulièrement au processus qui mène à l’œuvre. D’ailleurs, les divers stades successifs de ses créations sont souvent visibles à même l’œuvre achevée. À ce titre, on pourrait croire que la photographie devient simplement un outil documentaire dans la pratique de l’artiste. Certes, elle peut témoigner d’une étape de création, en proposant un regard sur un état intermédiaire, mais elle sert davantage à faire jaillir une nouvelle œuvre, lui conférant un aspect des plus mystérieux.

Avec la photographie, en jouant avec le cadrage, François Mathieu amène le spectateur à regarder là où il le souhaite. Ce faisant, les photographies deviennent des propositions picturales à part entière. Certaines de ses œuvres photographiques relèvent de l’expérimentation, en impliquant des éléments matériels, sculptures ou pas, afin d’en faire des événements fictifs. En ressort une certaine dose d’insolite comme c’est le cas avec son œuvre Délamination.

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart