Benoît Brousseau

Second souffle

2015-2019

Épreuve à développement chromogène montée à sec sur panneau Alupanel

Œuvre originale
60,96 x 50,08 cm

Partager cette œuvre :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Emplacement

255, rue Brock, Drummondville

Description de l’œuvre

Second souffle aborde le thème de la souffrance physique et psychologique vécue par des hommes atteints du VIH. Au premier regard, on ne décèle pas tout de suite le visage derrière le voile liquide et la mouvance des couleurs qui glissent l’une dans l’autre. Apparaissent tout doucement les traits humains. Ce sont des portraits méconnaissables d’individus accompagnés de témoignages qui révèlent des fragments de leurs identités profondes. L’artiste souhaite ainsi valoriser ces personnes fragilisées qui peuvent parfois se sentir ostracisées par la société.

Œuvre à la fois anonyme et intimiste, le jeu entre ce qui est dit et ce qui est préservé, par pudeur et par tendresse, est ici manifeste.

Témoignage

« Dans les années 1980, j’ai enterré des dizaines d’amis. Je venais de perdre mon deuxième amoureux, complice de neuf ans de vie commune, mort à mes côtés. Rien de pire, pensais-je, ne pouvait m’arriver après ça. Cependant, à mes 45 ans, mon médecin m’annonçait que j’étais également infecté par le virus du SIDA.

J’ai d’abord été déprimé et la peur de mourir ne m’a envahi que pour quelque temps, car, à cette période, je me préoccupais davantage des autres qui étaient atteints autour de moi… et de leur espoir.

Au tout début, la prise de médicaments thérapeutiques provoquait chez moi des effets secondaires curarisants. De plus, mon foie a été endommagé par deux médicaments (le ddI et le d4T), et le manque de globules blancs dans mon sang suscitait un affaiblissement de mon système immunitaire. Toutefois, je n’ai jamais été empêché de travailler.

Aujourd’hui, à mes 73 ans, il y a de la place pour nous deux : le virus et moi. »

-Anonyme-

Benoît Brousseau

Biographie

Né en Outaouais, Benoît Brousseau vit et travaille aujourd’hui à Montréal. Il poursuit actuellement une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et est détenteur d’un baccalauréat dans ce même domaine. L’artiste s’exprime à travers des médiums et des techniques variés comme la photographie, la vidéo, le son ou encore le texte, qu’il explore et expérimente.

Récemment, ses projets artistiques ont notamment été exposés à l’Écomusée du fier monde, à la Foire d’art contemporain de Saint-Lambert, au Centre de diffusion et d’expérimentation CDEx de l’UQAM ou encore à l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme, à la Place des Arts de Montréal. Il a été finaliste à deux reprises à la bourse d’études du Prix de photographie AIMIA | AGO (2016-2017), et ses œuvres ont également été présentées dans différents catalogues et magazines spécialisés au cours des dernières années.

L’artiste s’intéresse aussi à la dimension installative qu’il intègre à certains de ses projets. Il fait d’ailleurs partie du collectif Cuisinage (Benoît Brousseau), qui a obtenu une bourse du Conseil des arts de Montréal pour réaliser une résidence de création d’un an au Centre communautaire Patro Le Prevost, dans le quartier de Villeray. Le collectif travaille présentement sur le thème des ruelles. Ensemble, ils explorent les ruelles du quartier et prélèvent des objets évocateurs (bouts de cordes à linge, morceaux de clôture, etc.) avec lesquels ils réalisent des installations qui se retrouvent dans ces mêmes ruelles.

Démarche artistique

Dévoiler l’essence de l’identité

Par sa démarche artistique, Benoît Brousseau s’intéresse au parcours de vie et à ce qui agit sur la construction de l’être humain et de son identité. La recherche du sens de l’existence est au cœur de cette démarche sensible et humaine. L’artiste explore la manière dont les épreuves, les instants de vie ou les souvenirs agissent sur la genèse d’un individu. À travers des thèmes variés comme la maladie, la souffrance, la mort, les tabous ou encore la mémoire, Benoît Brousseau s’intéresse au temps qui passe. Le temps qui fait son œuvre sur le corps et l’esprit, qui laisse des traces ou, comme il le dit lui-même, des repères à même l’existence. De plus, la mouvance de ce qui construit une personne, et surtout l’imprévisibilité de son devenir, suscitent un intérêt particulier chez lui.

Son parcours artistique se développe aussi de concert avec son engagement social et militant. Le tout s’incarne particulièrement dans son projet Second souffle pour lequel il a collaboré avec l’organisme AIDS Community Care Montreal.

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart